Accueil > ❏ Le français au collège Molière > Le français en 4e 04 > Le voile blanc

Le voile blanc

mardi 24 novembre 2015, par Mme ABIDI.

Le voile blanc

Anaëlle Metivier

Je croyais dormir, mais le vent ébouriffa mes cheveux. J’ouvris les yeux et un étrange spectacle s’offrit à moi. C’était la pleine lune et les feuilles tombaient dans les allées. Un sentiment d’inquiétude m’envahit. Des tombes... j’étais dans un cimetière, au milieu de la nuit. Terrorisée, je me mis à courir de plus en plus vite entre les tombes... Mais pourquoi étais-je ici ? Les morts, les dates, les mausolées et les pierres tombales ; tout ce monde m’étouffait. Une vieille croix en bois me fit trébucher, ma tête cogna contre une tombe. Je fus prise de vertige, ma vue se brouillait. Ne pouvant me relever, je scrutais les environs. Un élément étrange attira mon attention, j’espérais que cela soit une hallucination ; sur le marbre était écrit :
Ici gisent
Lucas et Kevin,
1997-2015 2001-2015 

Je me sentis paralysée, je tremblais, lorsqu’un bruit de pas sur le gravier me ramena à la réalité... Marie était derrière moi. Ses cheveux volaient au vent, elle était habillée d’un simple voile blanc ; tel un fantôme. Elle posa sa main sur mon coeur et me cria :
"
- Tu dois choisir, tu dois choisir, ou le sacrifice arrivera !
- Marie ?
- Fais ton choix Kate ! Choisis..."
J’eus des sueurs froides... Me relevant en vitesse, je me mis à courir, apeurée... Que voulait-elle me dire ? Je devrais y repenser plus tard, Marie me suivait ! J’étais presque arrivée à l’entrée du cimetière lorsqu’une fumée blanche se forma devant moi. Elle réapparut, j’avais la gorge en feu, Marie voulut m’attraper mais je fis demi-tour. C’était une course effrénée et sans fin... La fatigue se faisait ressentir dans tout mon corps. J’avais l’impression qu’une angoisse inconnue se répandait en moi ; à chaque instant ma vision s’assombrissait un peu plus. Tout à coup, je fus dans le noir le plus complet. Plus aucune trace de cimetière ni d’être étrange ; j’étais de nouveau dans ma chambre avec une plaie saignante à la tête et entre les mains un voile blanc...